La Politique du bon sens

Bienvenue sur mon blog. Tout en suivant de très prés l'actualité sociale, économique et politique de notre pays, je souhaite rassembler les idées basées sur le bon sens, l'équilibre et l'honnêteté intellectuelle des Français pour qui le bonheur des autres est plus important que l'arrivisme personnel et je crois qu'il y en a beaucoup, plus qu'on ne croit. Je suis convaincu que les valeurs morales doivent rester la base de toutes les relations humaines et qu'aujourd'hui, nous avons encore plus besoin de les défendre !

30 mai 2008

COMMENT RELANCER LE MODEM et LE CENTRE

Classé dans : Politique — Joël Loup @ 13:14

D’abord, il manque un 3éme pied au « tabouret français » ; Il y en a un qui est un peu plus court que les deux autres, et mal organisé, mais je suis persuadé que tous ensemble, nous pouvons l’amener à la taille des deux autres ! J’en ai la certitude !

Agissons d’abord sur sa structure :

  1. En haut, il nous faut une équipe liée, solide, pluri-céphale avec des leaders incontestés. C’est leur charisme qui doit nous guider, nous enthousiasmer. C’est leur aptitude à se respecter mutuellement qui doit nous servir de modèle. C’est leur souci de représenter un courant de pensée qui doit tous nous unir.

  1. Au milieu, il nous faut des liens (Internet, congrès, échanges inter régionaux et inter départementaux systématiques,…) avec un système rapide de récupération des idées d’actualité. Etablissons une architecture disciplinée basée sur le contrôle du nombre de sites existants pour éviter les déperditions d’énergie, les dérives d’idées et les mises en concurrence inutiles et stériles.

  1. En bas, il faut libérer les expressions locales, les susciter tout en les canalisant. Il faut mettre en place de véritables plate-formes d’idées avec des responsables de site habilités chargés de faire remonter les idées phares, d’organiser des échanges de points de vue, des conférences et des débats, en bref, soyons actifs et sur tous les terrains.

En agissant ainsi, nous allons modifier notre image de marque :

Il nous faut susciter l’intérêt des médias, les interpeller, voire les provoquer, en les associant systématiquement à nos démarches, en leur communiquant nos articles. Par notre présence sur le terrain, nous pouvons amplifier les courants de pensées qui nous habitent et convaincre. Pour cela, il nous faut coller à l’actualité en permanence en publiant le même article de fond sur tous les sites pour qu’il devienne incontournable.

Pour avoir une image de marque, il nous faut un programme :

Il faut se démarquer des autres, par la clarté de nos positions, leur dimension humaniste, leur souci d’équité et de justice. Il nous faut des certitudes pour rassurer l’opinion et conforter nos décisions. En bref, il nous faut être nous ! Nous n’avons plus le droit d’être frileux et de rechigner à la tache ! Unissons nous et Osons !

Réflexion

9 mai 2008

Birmanie : Encore une fois, sur les Droits de l’Homme !

Classé dans : Politique — Joël Loup @ 18:14

Le contexte :

Depuis que les militaires exercent les pleins pouvoirs en Birmanie, le général en chef des Forces armées exerce l’autorité législative et exécutive avec l’aide d’une Assemblée constituante de 485 membres en principe élus.

La junte au pouvoir muselle les médias, emprisonne les journalistes étrangers (restrictions des conditions d’attribution des visas, confiscation sur place de leur matériel, de leurs films ou cassettes, sans compter les nombreuses expulsions) et interdit toute forme d’expression dissidente. Les journalistes birmans jugés «non patriotes» pour avoir rédigé des «articles partiaux fondés sur de fausses accusations», sont détenus à la prison d’In Sein à Rangoon, lieu réputé pour les terribles conditions qui y règnent et où la torture y est une pratique courante.

L'image “http://www.modem81.com/images/stories/Actualites/JunteBirmane.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

La junte au pouvoir muselle les médias, emprisonne les journalistes étrangers (restrictions des conditions d’attribution des visas, confiscation sur place de leur matériel, de leurs films ou cassettes, sans compter les nombreuses expulsions) et interdit toute forme d’expression dissidente. Les journalistes birmans jugés «non patriotes» pour avoir rédigé des «articles partiaux fondés sur de fausses accusations», sont détenus à la prison d’In Sein à Rangoon, lieu réputé pour les terribles conditions qui y règnent et où la torture y est une pratique courante.

Les militaires du SLORC répriment dans le sang (10 000 morts en 1988, des milliers depuis) les manifestations en faveur de la démocratie (Madame Aung San Suu Kyi, dirigeante de la Ligue nationale pour la démocratie et prix Nobel de la Paix en 1991, est toujours assignée à résidence après avoir été emprisonnée).

La communauté internationale reconnaît la violation des droits de l’homme en Birmanie et prend des sanctions économiques à son encontre.

  • Pour la presse internationale, la Birmanie est maintenant dirigée par une véritable narcodictature. Les dirigeants militaires birmans se sont résolument lancés dans le lucratif commerce international de la drogue, plus précisément l’héroïne, espérant ainsi rehausser le niveau de l’économie. La Birmanie est devenue le premier pays producteur d’opium et d’héroïne du monde, et fournit la moitié de la production mondiale d’héroïne. La Chine est devenue un pays de transit qui a détrôné la Thaïlande et le gouvernement de Pékin renouvelle régulièrement des ventes d’armes à la Birmanie, à des conditions financières particulièrement favorables. Les revenus de ce trafic permet au SLORC d’augmenter les effectifs de l’armée (45 % du budget de l’État est consacré à l’armée) et augmenter son pouvoir de contrôle.
  • La situation des droits linguistiques en Birmanie constitue l’un des pires exemples de ce genre dans le monde entier. En réalité, on ne peut même plus parler de droits, puisque le minimum, celui du droit à la vie, n’est même pas respecté. Amnesty International montre souvent du doigt la narcodictature qui dirige la Birmanie: violation du droit d’expression, trafic d’héroïne érigé en système politique, tortures en tout genre des personnes incarcérées, souvent sans procès, génocide et nettoyage ethnique.

Le cyclone Nargis :                                                                                                                                                L'image “http://www.modem81.com/images/stories/Actualites/cyclone_Nargis.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

  • La junte militaire n’a pas cherché à donner préventivement l’alerte ; humainement inconcevable.
  • L’agence de l’ONU pour la prévention des catastrophes a déploré mardi l’absence d’alerte précoce. « Vu le nombre de morts, cela laisse à penser qu’un système d’alerte précoce n’a pas été mis en place », a déclaré depuis Genève Brigitte Léoni, porte-parole du Secrétariat de l’ONU pour la prévention des catastrophes (SIPC). « Manifestement (en Birmanie) beaucoup de gens n’ont pas eu le temps » de partir « et de se réfugier dans des abris sécurisés », a-t-elle commenté.
  • De son côté, le service de la météorologie indienne a affirmé mardi avoir averti la Birmanie voisine quarante huit heures avant l’arrivée du cyclone Nargis.

Conséquences, plus de 100.000 morts et plus d’un million de sinistrés désormais, selon les dernières estimations. Cinq mille kilomètres carrés du pays sont encore sous les eaux, selon l’ONG Médecins sans frontières, dans ce qui est désormais une catastrophe plus importante que le tsunami de 2004 dans le sud-est asiatique.

Les secours :

La junte birmane a fermé la porte vendredi aux équipes de secours et journalistes de pays étrangers, malgré le concert d’appels internationaux pour que le pays s’ouvre à une aide massive destinée à plus d’un million de sinistrés du cyclone dévastateur Nargis.

Les militaires birmans, qui exercent un pouvoir sans partage sur l’un des pays les plus fermés au monde depuis près d’un demi-siècle, entendent gérer eux-mêmes les aides matérielles et financières promises qui se chiffrent à des millions d’euros.

« La Birmanie donne la priorité à la réception d’aides d’urgence et fait des efforts acharnés pour les faire transporter sans délai par ses propres travailleurs dans les zones affectées. La Birmanie n’est pas prête à recevoir des équipes de recherche et de secours, ainsi que des équipes de journalistes, de pays étrangers « , a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un texte publié par le quotidien officiel New Light of Myanmar.

  • Six jours après le passage meurtrier du cyclone Nargis, les militaires au pouvoir ont seulement donné hier leur feu vert pour que les ONG du monde entier apportent leur aide à la population birmane. Le premier avion des Nations Unis est arrivé à Rangoon. C’est grâce à un pont aérien que les denrées de base et les premiers soins arrivent sur le sol birman, car la junte rechigne toujours à délivrer des visas pour les travailleurs humanitaires. La méfiance règne du côté des autorités birmanes, qui craignent l’espionnage, mais aussi de la part des ONG.
  • La junte veut montrer au monde que son régime est capable de faire face à la catastrophe. Surtout, fermée à double tour, elle ne souhaite pas que des étrangers viennent espionner et fragiliser le régime militaire. Les émeutes de septembre sont proches, et la junte avait montré à cette occasion qu’elle était capable de tirer sur son peuple pour conserver le pouvoir.

Pendant ce temps, les gens meurent.


Épidémies à suivre :

Après la tempête, les épidémies de paludisme et d’autres maladies guettent. L’eau stagnante où se mêlent tronc d’arbres et cadavres depuis cinq jours est un nid à bactéries.

A suivre…

Referendum maintenu :


Malgré cette situation calamiteuse, le régime a maintenu le referendum prévu samedi sur une nouvelle Constitution pérennisant l’emprise de la junte sur le pouvoir. Le vote ne sera reporté au 24 mai que dans 47 municipalités.

Que valent des élections dans ce contexte !

RESPECT DES DROITS DE L’HOMME

Colère, indignation, révolte, …, il n’y a pas de mots pour dire ce que j’éprouve.

Qu’il est long le chemin à parcourir pour la « race humaine »!

Au jour où la Chine et le Tibet entament leurs premières « relations diplomatiques » sous la pression internationale, nous ne pouvons mesurer que très difficilement tout ce qu’il reste à faire.

Faudra-t-il encore beaucoup d’évènements comme celui-ci pour constater que nous ne voyons que la partie émergente de l’iceberg ?

Faut-il encore une fois attendre qu’ils se produisent pour agir ?

Et combien de temps va durer notre sursaut de conscience ! Vite, une autre actualité pour oublier tout ça… ?

Je me sens parfois si petit…

JLoup

5 mai 2008

RESPECT DES DROITS DE L’HOMME ET JEUX OLYMPIQUES

Classé dans : Politique — Joël Loup @ 12:29

En 1913, lorsque le 13ème Dalaï Lama proclame l’indépendance du Tibet, les réactions internationales sont quasiment inexistantes.

En 1950, l’armée populaire de libération entre au Tibet.

Depuis on ne compte plus les tentatives d’indépendance de ce peuple qu’on n’a jamais invité à décider de son sort.

Si le Tibet a besoin de la Chine (disparition du servage, développement économique et écologique,…), il est évident que la Chine a tout intérêt à garder le Tibet, ne serait-ce que pour des considérations stratégiques,  économiques et financières.

Ce n’est donc pas dans la recherche des responsabilités, dont certaines sont d’ailleurs historiques et internationales, ni dans la légitimité de la suzeraineté chinoise que nous pouvons prendre position.

Là où ne pouvons pas fermer les yeux, c’est sur les méthodes employées :

-         La politique répressive chinoise bafoue les droits de l’Homme.

-         La liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, la liberté d’expression, la liberté de procréation, …, sont méprisées.

-         Des méthodes répressives actives et passives sont systématiquement utilisées. Les manifestations sont réprimées avec une telle violence que certains n’hésitent pas à employer le terme de Génocide.

-         La Culture même du peuple Tibétain est étouffée.

Image 

Nous ne pouvons pas accepter cette situation et rester simplement spectateurs. Nous ne pouvons pas, non plus, prendre en otage nos athlètes en boycottant les Jeux olympiques.

Les J.O. représentent une formidable occasion de sensibiliser l’opinion internationale et ce n’est pas pour rien que le Tibet a choisi cette période, mais le Sport et la Politique ne doivent pas être mélangés. 

D’autre part, nous aurions du nous interroger beaucoup plus tôt sur le choix du pays organisateur de ces jeux ou du moins peser de tout le poids que représente cette opportunité pour faire évoluer la Démocratie et le respect des Droits de l’Homme dans ce pays.

N’est-il pas trop tard et mal venu d’utiliser les J .O. comme moyen de représailles, d’autant plus que ce n’est pas leur vocation ?

La Communauté internationale a d’autres moyens (sanctions économiques, politiques, financières,…) pour faire évoluer la situation au Tibet et elle doit les utiliser.

La France doit réagir avec force, dommage qu’elle le fasse si tard et si timidement !

JL

 

Pourquoi boycotter le Danem... |
ronni |
LOISIRS ET ACTUALITES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | stadedijonfootball
| vlad6bathory
| laurinda