La Politique du bon sens

Bienvenue sur mon blog. Tout en suivant de très prés l'actualité sociale, économique et politique de notre pays, je souhaite rassembler les idées basées sur le bon sens, l'équilibre et l'honnêteté intellectuelle des Français pour qui le bonheur des autres est plus important que l'arrivisme personnel et je crois qu'il y en a beaucoup, plus qu'on ne croit. Je suis convaincu que les valeurs morales doivent rester la base de toutes les relations humaines et qu'aujourd'hui, nous avons encore plus besoin de les défendre !

  • Accueil
  • > L’UNION DE LA MEDITERRANEE

16 juillet 2008

L’UNION DE LA MEDITERRANEE

Classé dans : — Joël Loup @ 15:49

Quand la Mer fait couler beaucoup d’encre !

Monsieur Sarkozy a-t-il donné un coup d’épée dans l’eau bleue de la Méditerranée et comment allons nous en maîtriser les ricochets ?

•1.             Les dates :

  • En 1995 le Processus de Barcelone (partenariat Euromed) a été créé à Barcelone avec l’Algérie, l’Autorité palestinienne, l’Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Syrie, la Tunisie et la Turquie (La Libye n’est alors qu’observateur) sur l’initiative de l’Union Européenne et de Jacques Chirac.

  • En octobre 2005, prenant acte de l’enlisement du Processus de Barcelone, Panagiotis Roumenotis, ancien ministre des Finances de la Grèce, président de l’association Calame (Centre d’analyse et de liaison des acteurs de la Méditerranée) et Jean-Louis Guigou, ancien directeur de la Datar et président de l’Institut de prospective du Calame, relancent l’idée d’une Communauté du monde méditerranéen.

  • L’été 2006, pendant le conflit Israël-Liban, « cette idée refait surface chez des universitaires et des intellectuels français pour amener Israël et pays arabes à coopérer dans un cadre international sur des sujets consensuels ».

  • En novembre 2007, l’Albanie et la Mauritanie intègrent l’Euromed.
    • Fondé sur les rapports culturels et de paix, Euromed réunit les différents États :
      • appartenant à une même ambition socio-culturelle
      • riches d’une communauté d’échanges gravés dans leur histoire
      • soucieux notamment, de s’impliquer dans le processus de paix israélo-palestinien
      • visant l’instauration d’un marché de libre-échange pour 2010
      • désirant lutter contre l’immigration clandestine.

La  Banque européenne d’investissement assure le financement (programme MEDA).

  • Le 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy a lancé un appel pour « bâtir une Union méditerranéenne ».
  • En mars 2008, la pression allemande entraîne la révision du projet français :Angela Merkel, chancelière fédérale allemande, voit dans la première version de l’UM une dynamique politique méridionale concurrente de l’UE.

 L’Union méditerranéenne devient officiellement « Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée ».

Alfred Mignot, éditeur-fondateur de Vox Latina critique ce nouveau projet a minima, paneuropéen mettant en avant le potentiel élevé d’inertie résultant du nombre élevé d’États désormais concernés (39) et par le rôle important accordé à la Commission européenne comme pour le processus de Barcelone

  • Le 13 juillet 2008, l’ « Union pour la Méditerranée » est fondée à l’initiative du Président de la République française Nicolas Sarkozy dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne, soulignant l’échec du Processus de Barcelone.

•2.             Sa composition :

Elle est composée :

  • des États riverains de la mer Méditerranée
  • des États membres de l’Union européenne.

Elle compte donc 43 membres : les 27 de l’UE, l’Albanie, l’Algérie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, l’Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Mauritanie, Monaco, le Monténégro, l’Autorité palestinienne, la Syrie, la Tunisie et la Turquie.

C’est une organisation internationale intergouvernementale à vocation régionale.

•3.             Les projets mobilisateurs communs de ces 43 États :

  • la dépollution de la Méditerranée,
  • les autoroutes maritimes et terrestres,
  • la protection civile pour répondre aux catastrophes naturelles,
  • une université euro-méditerranéenne,
  • l’énergie solaire
  • une « initiative méditerranéenne de développement des affaires ».
  • La présence au sein de la même enceinte des chefs d’États ou de gouvernement d’Israël, de la Syrie, du Liban et de l’Autorité palestinienne marque une volonté de dialogue pour résoudre les conflits au Proche-Orient.

•4.             Son organisation :

  • La coprésidence est assurée pour le moment par un dirigeant de la rive nord (le président français) désigné selon les mécanismes de représentation en vigueur au sein de l’UE et un dirigeant de la rive sud (le président égyptien), désigné par consensus dans les États concernés ; mais cette décision fait débat.

  • La ville proposée pour accueillir le Secrétariat général n’est pas encore désignée.

•5.             Le financement de l’organisation :

« Le budget de l’organisation doit être assuré par le lancement du fonds Inframed par la Caisse des dépôts française et la Cassa depositi e prestiti italienne, qui a pour objectif d’atteindre un montant global de 600 millions d’euros ».

•6.             Les réactions des pays riverains ou de l’Union Européenne

Le Maroc accueille favorablement la proposition française.

La Tunisie accepte le projet dès l’été 2007 et les chefs d’entreprise tunisiens voient cette union comme un « accélérateur de projets ».

La Turquie est très sceptique face aux deux buts inavoués de la création de l’UPM :

  • arrêter les flux migratoires des pays du Sud vers l’UE
  • écarter la Turquie des négociations d’adhésion à l’Union Européenne, tout en lui offrant une contrepartie.

L’Égypte favorable au projet, pourrait « jouer un énorme rôle pour être la force motrice de cette Union » aux côtés de la France.

La Libye hostile au projet français, parle d’une tentative de diviser les pays arabes, ne souhaite pas qu’une Union pour la Méditerranée soit engagée sans l’appui de tous les pays arabes.

La Grèce approuve et soutient le projet d’Union méditerranéenne.

L’Espagne et l’Italie soutiennent le projet mais restent prudents face à l’enthousiasme français.

L’Allemagne fortement réticente, a exigé que l’ensemble des États membres de l’UE soient membres à part entière de l’UM.

En France, la Commission européenne et le Parlement européen sont très irrités par ce projet français qui consacre l’échec du processus de Barcelone et qui marginalise les institutions européennes incapables de donner une impulsion crédible.

Les dissensions françaises, mettant également en cause la clarté du projet, se font dans le cadre d’une lutte d’influence auprès du Président entre les pro-européens dogmatiques et le conseiller eurosceptique Henri Guaino.

•7.             Les conflits sur le fonctionnement de la future organisation

Le fonctionnement de cette organisation doit reposer sur :

  • un sommet tous les deux ans,
  • une coprésidence, assurant une égalité entre le Nord et le Sud de la Méditerranée,
  • un secrétariat permanent.

« Nicolas Sarkozy envisage d’être le premier président du nord, et que le premier président du sud soit Mohammed Hosni Moubarak. Il souhaite également que le futur « secrétariat général » permanent soit localisé en Tunisie. Une fois de plus ces initiatives jettent un froid dans les capitales européennes et à Bruxelles. »

La Commission européenne fait savoir finalement qu’elle refuse que Nicolas Sarkozy assure la présidence de l’UPM : pour Bruxelles la France peut coprésider l’UPM, mais juste pendant les six mois de la présidence française de l’Union européenne.

« Bon, il n’y a pas beaucoup de démocratie, en dehors d’Israël, au sud de la Méditerranée », déclare un fonctionnaire européen aux Coulisses de Bruxelles. « Mais pour le secrétariat, on pourrait au moins choisir le Maroc qui est quand même un peu plus présentable ».

Cependant, comme le note Antoine Basbous, de l’Observatoire des pays arabes, dans Le Figaro « la principale préoccupation de ces dirigeants n’est pas d’intégrer un club de démocraties méditerranéennes, mais de sanctuariser leurs régimes et de maintenir leurs clans au pouvoir (…) Donner la liberté à leur peuple, instaurer un État de droit ou offrir à leur jeunesse une véritable perspective, cela n’est pas à l’ordre du jour ».

Le projet intéresserait en premier lieu 25 pays, les 22 ayant un littoral méditerranéen ainsi que le Portugal, la Jordanie et la Mauritanie, tous trois déjà très impliqués dans divers processus euro-méditerranéens.

Le journal Le Monde parle d’une « bienveillance américaine à l’égard du projet d’Union méditerranéenne ». Cette « bienveillance » ne suffit néanmoins pas à faire taire les critiques européennes : aucune concertation n’a eu lieu avec les partenaires européens non-méditerranéens de la France.

Nous ne pouvons pas laisser ternir l’image démocratique de la France, ni laisser passer sous silence les ambitions individuelles qui suscitent la colère de nos partenaires européens entre autres.

Faire une Union Méditerranéenne en méprisant les contacts préalables, les principes de concertation internationaux, en imposant ses propres vues, n’est pas un bon plan pour retirer les lauriers d’une union qui paraît cependant intelligente, justifiée et indispensable au climat de paix que nous devons mettre en place autour de la Méditerranée.

En ce qui me concerne, je ne ferais pas un mélange des genres en imposant l’Union Européenne comme partenaire incontournable de l’Union Méditerranéenne, mais respecterais davantage le droit des peuples du pourtour Méditerranéen à disposer d’eux-mêmes et de leur avenir collectif. Par contre, j’en profiterais pour défendre la paix et la démocratie.

Et là, la France peut jouer sa carte la plus noble !

JLoup

2 réponses à “L’UNION DE LA MEDITERRANEE”

  1. jozzy-online dit :

    beaucoup appris

  2. Anonyme dit :

    Bonjour, j’ai un exposé à faire sur l’Union pour la Méditerranée, et je dois faire une composition c’est à dire un plan détaillé et développé ensuite sur cette Union. Cependant, je n’arrive pas à distinguer différentes parties. Pourriez vous me donner des idées ? SVP
    Merci

Laisser un commentaire

 

Pourquoi boycotter le Danem... |
ronni |
LOISIRS ET ACTUALITES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | stadedijonfootball
| vlad6bathory
| laurinda